Entrevue avec Annaïg Thomas

Pour notre toute première interview d’ALUMNI, ALYPI vous propose de découvrir Annaïg Thomas, ancienne du Master II droit de la propriété industrielle de l’Université Lyon III. Au cours de cette brève entrevue, Annaïg nous parle de son parcours, professionnel et éducatif, et de ce que lui a apporté le M2 pour mieux appréhender sa carrière. Bonne lecture !

  • Q°1 : Comment as-tu connu le master et pourquoi t’être orienté sur le parcours Lyon III ?

J’ai connu le master lors de mes recherches sur les M2 de France proposant une spécialisation en droit de la propriété intellectuelle. Étant déjà très intéressée par le droit des marques, le master proposé par Lyon 3 me semblait être un choix adapté. De plus, ayant suivie le master 1 en droit de l’entreprise à Lyon 3, j’avais pu bénéficier de l’enseignement de Monsieur Nicolas Bouche en droit de la propriété industrielle, ce qui a contribué à conforter mon choix.

 

  • Q°2 : Je vois que tu as fais une année supplémentaire à l’EM Lyon  avec un MS en International Business Strategy for Lawyers, peux-tu nous en dire davantage sur cette formation et pourquoi avoir fait ce choix ?

Le Mastère Spécialisé (MS) Juriste Manager International proposé par l’emLyon Business School nous avait été présenté brièvement au cours du M2. Ayant déjà pour ambition de devenir juriste en entreprise, cette formation m’attirait pour plusieurs raisons: les enseignements très axés vers l’ouverture internationale (cours de négociation internationale, micro-économie et politique de concurrence, marketing, etc.) mais du fait que la formation soit faite sur mesure pour des juristes.

C’est à la fin de mon année de Master 2, et notamment durant mon stage, que j’ai pris la décision de postuler au MS JMI. J’ai en effet ressenti le besoin d’en apprendre plus le monde des affaires internationales et les stratégies internationales afin d’avoir toutes les clés permettant d’optimiser les choix stratégiques d’une organisation sous l’angle juridique. En bref, mieux comprendre un business pour mieux comprendre ses besoins d’un point de vue propriété intellectuelle.

Cette formation, dispensée majoritairement en anglais, a tout à fait répondu à mes attentes.

 

  • Q°3 : Tu occupes actuellement le poste de Légal TDR Specialist au sein de Facebook , peux-tu nous dire en quoi cela consiste et tes missions actuelles ?

Mon poste au sein de Facebook est rattaché au département Digital Rights Operations. Concrètement, ce département a pour mission la protection des droits des utilisateurs sur les plateformes Facebook et Instagram. En tant que Legal TDR, je reçois les « Take Down Requests » (TDR) – ou signalements – les plus complexes, soumis par les utilisateurs, en relation avec la PI ou la liberté d’expression et je procède à leur traitement. Le but est de pouvoir protéger les droits des utilisateurs tout en garantissant une utilisation optimale des réseaux sociaux. Avec l’arrivée prochaine de la loi Avia en France, une grande partie de ma mission sera également l’aide à la mise en place de nouvelles stratégies pour adapter Facebook à ces nouvelles règlementations juridiques.

 

  • Q°4 : Avec tes deux diplômes en poches, as tu eu du mal à t’insérer dans le milieu professionnel ? Si oui, à quel niveau ?

A l’issu de mon stage de fin d’étude, effectué dans le cadre de mon diplôme d’école de commerce, j’ai mis environ 4 mois à décrocher un CDI mais j’ai commencé les entretiens très tôt, alors que j’étais encore en stage. Avoir deux diplômes en poche m’a permis, je crois, de décrocher plus d’entretiens. Néanmoins, la très grande majorité n’ont pas donné suite en raison de mon manque d’expérience. Finalement, Facebook m’a donné une réponse positive à l’issu de 6 entretiens, au cours desquels j’ai effectivement eu le sentiment que, sans ma double compétence, mon CV n’aurait pas été sélectionné. Cette double casquette permet de se différencier d’autres profils, ce qui n’est pas négligeable.

 

  • Q°5 : Tu as eu l’opportunité de partir au Japon pendant tes études, que retiens -tu de cette expérience et recommande tu aux étudiants de tenter leur chance à l’étranger ?

Au cours de ma formation au sein de l’emLyon Business School, nous avons eu l’opportunité d’effectuer un Learning Trip de 10 jours au Japon. Nous avons pu rencontrer des avocats locaux, des patrons d’entreprises locales mais aussi des étudiants de l’Université de Kyoto avec lesquels nous avons pu mettre en pratique les techniques négociations internationales apprises.

Ce court voyage m’a permis de prendre conscience une nouvelle fois de l’importance de l’ouverture internationale. Je n’ai pas eu l’opportunité d’effectuer un semestre ou une année a l’étranger au cours de mes études de droit, ce qui a été un grand regret jusqu’à présent. Je travaille aujourd’hui en Irlande, avec des collègues au sein de mon équipe venant du monde entier, ce qui me permet de développer les bons réflexes pour l’international et d’en apprendre davantage sur la culture des grandes zones économiques mondiales.

Aujourd’hui, je recommanderais complètement aux étudiants de tenter leur chance à l’étranger et je suis persuadée qu’une telle expérience est toujours très vendeuse sur un CV.

 

  • Q°6 : Quels sont tes projets au court et au long terme, et comment te vois-tu évoluer professionnellement ?

Depuis mon année de master 2, j’ai toujours été très attirée par les réseaux sociaux, les nouvelles problématiques juridiques qu’ils soulèvent et les réponses qui tentent d’y être apportées. Les deux mémoires que j’ai rédigé en master 2 puis en MS sont d’ailleurs en relation avec ces problématiques juridiques. Ainsi, obtenir un poste au sein de Facebook représente déjà pour moi un accomplissement professionnel. De plus, cette entreprise offre beaucoup d’opportunités en interne et permet une réelle évolution de ses salariés. Pour le moment, je me vois évoluer au sein de cette entreprise à long terme et je n’envisage pas un retour en France.

 

  • Q°7 ; Enfin, aurais tu quelques mots pour résumer ton parcours au sein du M2, et nous dire comment celui-ci t’as aidé dans ta carrière ?

Mon parcours au sein du M2 droit de la propriété intellectuelle de Lyon a été pour moi révélateur et bénéfique pour la suite.
Révélateur d’une part car j’y suis entrée avec un certain attrait pour la propriété intellectuelle et j’en suis ressortie avec une passion pour le droit des marques, du fait des enseignements de qualité qui y sont dispensés et des intervenants professionnels que nous avons la chance de rencontrer.

Bénéfique d’autre part du fait des projets variés qui m’ont permis de mettre en pratique toutes les connaissances acquises au cours du master. La journée des créateurs et des inventeurs notamment, organisée par le master et durant laquelle les étudiants sont confronté à des situations concrètes, m’a permis de prendre confiance en moi et de débuter dans de meilleurs conditions mon stage de fin d’étude. Également, la rédaction du mémoire représentait pour moi un réel challenge à l’issu duquel j’étais fière de pouvoir présenter mon travail, d’abord lors de la soutenance puis par la suite au cours des différents entretiens.